Créer mon blog M'identifier

Journée d'observation chez une orthophoniste

Le 1 octobre 2014, 10:04 dans Vie professionnelle 7

Reprendre des études à 30 ans et plus, ça ne se fait pas du jour au lendemain, en tout cas pour moi. Je connais la réalité du terrain, j'ai changé plusieurs fois d'entreprise et je suis depuis 6 ans à mon compte. Bref je sais qu'entre ce qu'on s'imagine et la réalité y'a toujours un gouffre, plus ou moins important. Il était donc pour moi primordial de faire une journée d'observation avec des orthophonistes. Sachez qu'elles n'ont pas le droit dans les faits de nous recevoir à moins qu'on soit étudiante. J'avoue que c'est une amie ortho qui a pu m'aider à trouver une autre ortho qui a bien voulu me recevoir, bref.

Cette ortho a une patientèle classique, c'est-à-dire beaucoup d'enfants et quelques adultes, plus souvent des pathologies très légères puisque les spécialisations sont "récupérées" par des orthos qui se sont justement spécialisées : trisomie, autisme, surdité...

Dans l'aprem, elle a enchaîné 8 personnes toutes les demies heures environ, et c'était une petite journée. Je suis rentrée morte de fatigue d'avoir enchainé autant de personnes, de regarder, écouter et prendre des notes.

Tantôt c'était un enfant de 6 ans pour un défaut de prononciation, tantôt c'était une jeune ado pour des problèmes de compréhension d'énoncé, tantôt un adulte avec un problème au "frontal" comme elle dit qui a donc des difficultés de mémoire (il sait comment s'habiller mais ne sait pas prendre ses vêtements)... J'étais étonnée de la voir donner 2 pages à lire à une enfant, pendant qu'elle faisait autre chose sur son ordi (même si je comprends on peut être multitâches hein) et surtout ça m'a paru chiant. Oui j'avoue. Je crois que faire de l'orthophonie pour se rapprocher presque du soutien scolaire (désolée mais parfois ça s'apparentait à ça, faire lire un livre et le reprendre sur quelques mots, faire écouter des bruits d'animaux, ...).

Certains enfants m'ont touchée car j'ai eu l'impression que c'était aussi l'environnement qui ne les aidait pas, des parents qui peut-être n'ont pas le temps de prendre un livre le soir pour montrer les animaux de la ferme par exemple (un truc qui me parait basique à moi mais qui ne doit pas l'être en fait).

A la fin nous avons pu discuter, elle m'a dit que la vie en libéral était assez dense et qu'on faisait beaucoup d'horaire pour gagner sa vie correctement (voire très bien selon les horaires) mais qu'il ne fallait pas oublier qu'en plus de la journée où on enchaine les patients, on doit faire la paperasse, les bilans, les compte-rendus au prof... Et que cela faisait de grosse, très grosse journée parfois. Pour elle, il faut faire pas mal d'horaires les 1ères années pour bien gagner, ouvrir son cabinet et prendre une collaboratrice quand on veut construire une famille et avoir plus de temps. Je comprends tout à fait ce discours car mon amie ortho m'a dit pareil, ça fait 10 ans qu'elle bosse là dedans et depuis 2 ans, à l'arrivée de son fils, elle a arrêté de travailler le mercredi et le vendredi aprem mais se fait remplacer par une collaboratrice (dont elle prend un pourcentage bien sûr).

En sortant je me suis dit que j'allais m'engager dans un concours très dur, que j'allais ensuite faire 5 ans d'études qui seront très compliquées financièrement (je n'ai pas un mari qui gagne bien sa vie et je n'ai pas d'argent de côté), que je ne verrais pas beaucoup mon fils et les autres enfants qu'on aurait pendant mes études (car ça serait le cas, la grossesse pendant les études) et qu'après je devrais travailler beaucoup si je veux bien gagner ma vie (sinon autant que je reste à ce que je fais je gagne peu mais j'ai énormément de temps libre).

Je suis perdue.

Je vous avoue que je ne suis pas ressortie avec les étoiles dans les yeux que j'attendais. Je me suis dit que ce serait beaucoup de sacrifices pendant une dizaine d'années que je ne suis pas prête à faire peut-être. J'ai aimé plus que tout passer 1 an avec mon fils, j'aime être libre de faire plusieurs activités à la fois...

Bien sûr j'y ai vu de très beaux côtés, la complicité avec les enfants, les progrès que certains font, la diversité des pathologies qu'elles peuvent rencontrer, le fait de faire aussi du domicile pour les personnes âgées. Oui j'ai vu tout ça et elle m'en a parlé, mais face à ce que j'ai ressenti ça ne fait pas le poids pour le moment.

Pour être sûre que ce n'est pas lié à l'ortho qui m'a reçue je vais aller voir mon amie pour une aprem et comparer, voir si mon ressenti est le même ou si je me suis trompée. J'ai l'impression de revenir à zéro dans mes recherches et mon avenir, même si je préfère m'en rendre compte maintenant qu'après le concours !!

Aïe aïe aïe, vous en pensez quoi ?

 

La rentrée ici aussi !

Le 5 septembre 2014, 14:56 dans Vie professionnelle 4

Les vacances sont finies... honnêtement j'avais prévu de réviser mais j'ai eu pas mal de contre-temps (décès de ma grand-mère, vol de mon ordinateur, téléphone qui tombe et qui casse, gastro... oui oui j'ai cumulé). J'ai tout de même lu "Helen Keller" (que j'ai trouvé très bof m'enfin) et j'ai débuté "L'homme qui prenait sa femme pour un chapeau", j'ai fait les concours blancs (et je me suis ramassée) et j'ai listé 2/3 mots, donc en gros j'ai pas fait grand chose.

MAIS

C'est la rentrée 

Mon fils commence l'adaptation chez la nounou lundi 8 et cela augure de journées un peu plus tranquilles pour réviser :) Même si j'avoue que lundi je ne ferai pas ma fière, et toute la semaine n'ont plus d'ailleurs. Bref pour cette rentrée j'ai prévu de revoir un planning qui tient la route et de réviser mes points faibles en priorité qui sont : 

- La grammaire (nan mais locution truc muche et proposition subordonnée complétive ??? really ???)

- Les accents

- Les quoique, quoi qu'il...

C'est déjà pas mal je vous l'accorde, y'a de quoi faire ! Une fois encore je ne sais pas comment m'y mettre, la grammaire c'est vraiment mon point noir, les natures et fonctions particulièrement, et je cherche un tableau qui pourrait récapituler tout cela facilement. Si vous avez ça dans vos tablettes, faites-moi signe. 

Je dois aussi recontacter les personnes pour mon stage d'observation qui confirmera ou non mon envie de devenir orthophoniste et je dois relancer le bilan de compétences car je n'ai pas encore eu de nouvelles (on va pas les bousculer ça ne fait QUE 2 mois !).

Voilà pour le programme de ma rentrée, et vous ? ca se profile comment ?

A très vite

Un stage pour être sûr de son changement d'orientation

Le 4 août 2014, 15:16 dans Vie professionnelle 18

Ce concours, c'est un peu mon petit secret à moi, même si au fil des jours certains voient que je regarde attentivement le Becherelle ou que je pose des questions bizarres (genre "au fait t'as financé comment tes études" ou alors "pourquoi tu as envoyé ton fils chez l'orthophoniste?" alors que le mien n'a qu'1 an...). Mais bon j'essaie tout de même de ne pas en parler autour de moi car j'ai toujours peur de décevoir ou qu'on se dise que c'est encore une de mes lubies. D'ailleurs c'est peut-être le cas, honnêtement je n'en sais rien, le métier a l'air de me plaire (oui tant qu'on exerce pas on n'est pas sûr), les études aussi, le fait d'être en libéral me convient parfaitement et je n'ai pas peur de la paperrase que cela engendre. Par contre j'ai quelques questions auxquelles je ne peux pas répondre pour le moment : 

- Comment vais-je réagir face à qqun en situation de handicap qui vient me voir MOI pour être pris en charge ?

- Comment affronter le fait que je ne peux pas résoudre les problèmes du monde entier ? (bah quoi c'est vrai non ?)

- Est-ce que je vais supporter 5 ans d'études ? Et mon mari va-t-il me supporter 5 ans comme ça ? Mon fils aura 6 ans à la fin, 6 ans quoi... Ca fait bizarre... 

Résultat j'ai décidé de faire un stage d'observation à la rentrée, comme en 4ème (stage que j'avais effectué dans une pharmacie à l'époque et j'avais détesté). J'ai demandé à une amie orthophoniste qui m'a dit un grand OUI pour quelques jours dans son cabinet et avec sa collègue aussi. Ce qui est bien, c'est qu'elles n'ont pas le même public, l'une traite plutôt les Alzeimer et Parkinson et l'autre les troubles chez l'enfant. Ca devrait donc me permettre d'affirmer à coup sûr si oui ou non je vais dans le bon sens. Plus mon bilan de compétence prévu pour fin septembre, bref avec tout ça je dois pouvoir être sûre avant la fin de l'année de mon parcours. Dans tous les cas, cela ne m'empêche pas de réviser dès maintenant, ce que je fais ! En parlant de ça, j'ai passé le concours blanc de qcmplus vendredi et je me suis bien vautrée... Le grec, le latin, au secours, je n'y connaissais rien du tout... Un belle gamelle en tout cas.

Et toi, tu es sûr(e) de ton orientation ? 

Voir la suite ≫